Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Samedi (25/10/08)
Qu'est-ce que le spasme de vivre?
--> ...





Croqué par Petit ange, à 17:22 dans le sac de jujubes.
le reste? (ce qui reste + 0 les vôtres)
Mercredi (19/03/08)
Synthèse de la guerre
--> cinq ans jour pour jour
Si l'Irak avait exporté du brocoli, elle aurait
été beaucoup moins intéressante
pour les États-Unis.

Croqué par Petit ange, à 14:25 dans le sac de jujubes.
le reste? (ce qui reste + 1 les vôtres)
Mardi (19/02/08)
A.G.
--> j'ai vu un chandail...


GREEN
IN THE NEW
GOLD



Croqué par Petit ange, à 18:20 dans le sac de jujubes.
le reste? (ce qui reste + 0 les vôtres)
Lundi (21/01/08)
Renaissance
--> c'est tout.
Il y a si longtemps, je ne suis même plus sûre de savoir comment faire. Mais on me dit d'essayer, de continuer, de rater, d'effacer, mais de recommencer. Alors je recommence. Les premiers mots, les premières phrases. Comme un enfant qui apprend à lire, il y va au hasard des mots qui veulent bien dire quelque chose, il les assemble, et éventuellement, à force d'efforts, il comprendra ce que ça veut dire. Moi, c'est pareil. Chaque lettre une par une, et un mot apparaît, d'abord timidement, puis il est rejoint par d'autres et ceux-ci s'assemblent, dansent, voguent, font l'amour, uis accouchent d'une phrase. Une toute petite phrase de rien, qui est pourtant la première depuis longtemps. Alors les doigts s'emballent, l'esprit s'échauffe, les barrières tombent, et c'est l'avalanche, il pleut sur la feuille, des gouttes d'encre éclaboussent la virginité du papier, et mes yeux fixent sans comprendre, doivent se réhabituer, puis se plissent alors que ma bouche esquisse un sourire.

« Il faut écrire. »

Croqué par Petit ange, à 01:07 dans le sac de jujubes.
le reste? (ce qui reste + 0 les vôtres)
Samedi (21/04/07)
« Soif de vivre, la belle affaire! Soif d’être blotti contre une peau douce et chaude. Soif de recommencement. »
--> ou le titre résume tout, en fait...
Pleurer pour rien, sans s'fendre l'âme, sans mélodie ni mélodrame...

Dans ma chambre, les pleurs.

Parce que mon ordinateur ne veut pas s'allumer, parce que je ne sais pas quoi faire de ma soirée, parce que j'ai envie de voir quelqu'un, parce que je veux qu'on me caresse les cheveux, parce que mon disque saute.

Dans la douche, les pleurs.

Parce que l'eau est trop chaude, parce que ça a fait un peu mal, parce que je ne suis pas à Fontainebleau, parce que je veux être petite et me faire consoler de rien, parce que je ne sais pas quoi chanter.

Pleurer pour rien, sans s'faire de mal, quand y'a trop plein d'folie banale...

Croqué par Petit ange, à 20:40 dans le sac de jujubes.
le reste? (ce qui reste + 0 les vôtres)
Mercredi (04/04/07)
Comme une pluie dans tes yeux
--> le sol est trop stable...
On aura beau dire tout c'qu'on voudra...



Voler. Sentiment de puissance. Sentiment de légèreté. Vivre. Au-dessus du monde. Tournoyer.
Onduler. Respirer. Fermer les yeux. Se laisser tomber. Sentir la corde au creu de sa
cheville. Grâce. Remonter. Se perdre. Oublier. Inspirer. Se sentir invincible.
Chuter. Retenir son souffle. Ne jamais tomber. Expirer. Ouvrir les
yeux. Sourire. Lever la tête. Entendre la musique. Se laisser
porter. Vibrer. Trembler. Être minuscule. Aimer.
Envoyer valser le monde. Communier.
Croire. Entre ciel et terre.
Juste être là.
En vie.


Croqué par Petit ange, à 00:07 dans le sac de jujubes.
le reste? (ce qui reste + 0 les vôtres)
Samedi (31/03/07)
Une étoile de plus dans le ciel de Mars
--> On se retrouvera sur Vénus
Attention, parée au décollage:

3... 2... 1...

C'est la fuite, je quitte, je traverse ta troposphère, je perce la stratosphère, jusqu'à atteindre l'exosphère qui me fera quitter la planète bleue, ses lacs, ses forêts, ses gratte-ciels et ses habitants. J'ai enfilé ma combinaison spatiale, et armée d'une bonbonne d'oxygène, j'irai explorer la galaxie, me perdre dans l'univers, franchir les limites de l'infini, me retrouver au bout de rien. Mon parachute sera fait d'oxygène, et lorsqu'il sera épuisé, alors je voguerai au gré de la poussière d'étoiles, me laissant transporter par le souffle de mon imagination.

Je laisserai derrière moi tous les acteurs de ma vie, je les regarderai courir sur Terre alors que moi, je serai très haut, quelque part entre la grande et la petite ourse, j'irai flirter avec l'étoile polaire, je me perdrai dans les charmes du soleil, j'irai prendre des vacances sur Jupiter ou philosopher avec l'homme dans la lune. Je lui demanderai ce qu'il y a vraiment sur sa face cachée, et il me montrera...

et là, je retrouverai plein de gens comme moi, qui, n'en pouvant plus, se sont réfugiés dans l'infini pour se sentir minuscules...


Croqué par Petit ange, à 16:49 dans le sac de jujubes.
le reste? (ce qui reste + 0 les vôtres)
Mardi (13/03/07)
Lentement mais sûrement
--> ou ces lieux qu'on a connu
Est-ce qu'un jour on oublie?

Est-ce qu'un jour on oublie les lieux qui nous ont bercé? Est-ce qu'un jour les souvenirs cessent de tourbilloner? Est-ce qu'un jour, cette station redeviendra une simple station de métro? Est-ce qu'un jour on arrête de douter? Est-ce qu'un jour ça disparaît? Est-ce qu'un jour, on pardonne? Est-ce qu'un jour, on cesse d'aimer? Est-ce qu'un jour on oublie les traits? les mots? les gestes?

Est-ce possible d'oublier une ombre?

Croqué par Petit ange, à 18:52 dans le sac de jujubes.
le reste? (ce qui reste + 1 les vôtres)
Mercredi (24/01/07)
C'est le stress
--> ça peut juste être ça...
Je pète les plombs, j'en peux plus...

Croqué par Petit ange, à 19:26 dans le sac de jujubes.
le reste? (ce qui reste + 0 les vôtres)
Lundi (22/01/07)
Long time no see
--> ...
11h14
Il y avait longtemps... Je croyais presque que tu m'avais quittée pour de bon. Et voilà que tu reviens, comme un amant frustré qui veut absolument récupérer son dû... Mais moi, je ne veux plus de toi. Je vais t'exorciser, je vais te tirer hors de moi de force, je vais te regarder souffrir comme tu m'as fait...
Et pourtant...
Plus jamais je ne passerai de nuits blanches à regretter, à vouloir, à me torturer... Plus jamais je ne faiblirai devant des yeux inconnus qui croient comprendre... Plus jamais je ne te laisserai me contrôler...
Pourtant...
Tu croyais avoir gagné, tu croyais que je resterais à jamais dans tes bas fonds, à me débattre dans tes eaux trop noires, trop glacées, à me laisser tranquillement sombrer... Mais je suis toujours là. Et je ne sais toujours pas pourquoi...
Je n'aime que toi...
Y a-t-il quelqu'un qui peut répondre? Y a-t-il quelqu'un qui peut m'aider? Y a-t-il quelqu'un qui peut m'éclairer?
Parce que moi, je ne comprends plus rien...

Croqué par Petit ange, à 01:15 dans le sac de jujubes.
le reste? (ce qui reste + 2 les vôtres)
Archaïsmes